-

Les différentes études menées à Madagascar ont mis en évidence l’existence de populations qui sont plus vulnérables, plus exposées aux conséquences de la malnutrition. Aussi, Didier Ratsiraka et son gouvernement, avec l’appui de partenaires tels le gouvernement japonais, le Programme alimentaire mondial, la Banque mondiale… ont lancé et mis en œuvre des projets de surveillance et d’éducation des écoles et des communautés en matière d’alimentation.

Anciennement sous la houlette de la micro-réalisation depuis son premier mandat, ce projet prend le nom de Seecaline en 1993. Prenant le relais d’un projet qui a pris fin en 1998, un second projet d’un montant de quelque 179 milliards de Fmg a été mis en route la même année. Il vise à améliorer l’état nutritionnel des enfants de moins de 3 ans, ceux de 3 à 14 ans, et de la famille et en particulier les femmes enceintes et allaitantes :

Les différents programmes composant ce vaste projet sont :

- programme de nutrition communautaire

- programme de nutrition scolaire

- Information, éducation, communication et Formation

Mais aussi, un programme d’appui intersectoriel, et un programme d’intervention post Cyclonique et Sécheresse depuis 2000.

 

Quelques détails des programmes et les réalisations

-

Dans le cadre du programme de nutrition communautaire

- création de quelque 3.000 sites dans les six provinces, en 2001, et préparation de quelque 1000 autres

- promotion de l’agriculture et du savoir-faire local en utilisant les matières premières malgaches dans la fabrication des farines à haute valeur nutritive utilisée dans tous les sites

- lancement des activités d’éducation nutritionnelle, et de démonstration culinaire dans tous les sites

- activités soutenues de renforcement des groupes de soutien

-

Dans le cadre du programme de nutrition scolaire

- sensibilisation à grande échelle, et à tous les niveaux (national, régional, circonscription scolaire, écoles…)

- distribution de fer et de produits de déparasitage

En 2001, le programme a bénéficié à presque 1 million d’élèves et a permis la formation de quelque 19.000 maîtres d’écoles.

-

Dans le cadre de la stratégie IEC

- harmonisation et renforcement des modules de formation au niveau national, et provincial

- renforcement des campagnes périodiques par des activités de communication interpersonnelle (visite à domicile, mobilisation sociale, sensibilisation et éducation…)

- promotion accrue des messages axés sur l’alimentation, la nutrition, la propreté, l’hygiène et l’assainissement du milieu

- constitution d’une banque de supports conséquente (affiches, brochures, dépliants…)

- fabrication et distribution de carnets de santé…

-

Dans le cadre du programme post cyclonique et Sécheresses, lancé en 2000

Il concerne 17 Fivondronana répartis dans les provinces d’Antananarivo, de Toamasina, de Fianarantsoa, et d’Antseranana touchés par les cyclones ; et 6 Fivondronona de la Province de Toliary touchés par la sécheresse.

-

EN 2001, LE PROJET A PERMIS UNE REDUCTION DE 15% DE LA MALNUTRITION [étude menée auprès de 41 Fivondronana, répartis sur 4 provinces]

-