En 2002, Didier Ratsiraka avait un vision très claire de la suite qu’il aurait donnée à son mandat. Cette vision – comme d’habitude – traduite en programme reflète ses aspirations pour le peuple malgache et la nation, et démontre tant son respect des institutions que la fonction de Président.

Son projet a été interrompu par une contestation de la voix des urnes. Pour éviter un bain de sang et une guerre civile, il a cédé à la pression. Mais, les bonnes idées font toujours objet de continuité de l’Etat, et on ne manque jamais de se les approprier !

-